Archives pour la catégorie Evolution

Forme et métaphysique

Playdoyer pour une théologie naturelle  fondée sur la forme

Article version  fichier pdf Forme et Métaphysique 

En hommage à Claude Tresmontant Claude Tresmontant

Introduction et résumé  

L’impossibilité de toute  métaphysique déclarée par Hume et Kant est devenue  un paradigme de la culture moderne. Nombre de chrétiens  souscrivent volontiers  à ce qui est maintenant perçu comme une évidence et considèrent du même coup la théologie naturelle ( discours rationnel sur l’existence de Dieu )  comme accessoire si ce n’est dépassée ou illusoire.

Emmanuel Kant 1724-1804Mais Kant n’est pas lui-même à l’abri de toute critique et nous sommes en droit de remettre en cause certaines de ses affirmations[a]. Une fois ce tabou mis à nu,  il devient possible de s’apercevoir que l’abandon de la théologie naturelle réduit  le dialogue entre science et foi  à de bien pauvres sophismes [b] .

Or un tel dialogue en vérité est nécessaire à l’évangélisation et à la transmission de la foi.

Autrement dit, comment pouvons-nous expliquer à nos enfants qu’ils sont les fils bien-aimés du Père alors que  le monde dans lequel ils vivent  proclame sans cesse qu’ils sont les fruits du hasard ? (suite…)

La société pure – De Darwin à Hitler

La société pure - De Darwin à Hitler dans Evolution la-societe-pure1Contrairement aux  idées reçues,  l’idée de l’Evolution des espèces fut  dans l’air du temps bien avant  la publication de L’Origine des espèces et le succès de l’œuvre résulta  plus de la symbiose  des idées de Darwin avec celles de son siècle  que l’idée même de l’évolution. Ainsi que le fit remarquer  Marx en 1862, Darwin est tout autant le disciple de Malthus que l’héritier de Lamarck  et la théorie de la sélection naturelle  qui est le véritable apport  de Darwin ressemble fort à une justification de l’ascension de la bourgeoisie industrielle.

C’est ainsi que la théorie de la sélection naturelle  fut appliquée à tous les domaines  de  la sociologie  comme l’altruisme , la tuberculose et la justification de la guerre comme facteur de progrès  (Renan ) pour aboutir  au racisme et à l’eugénisme « scientifiques » .  Ces théories furent partagées par une grande partie de la communauté scientifique à l’exception de quelques « attardés » , elles représentaient la modernité et le progrès.

Des lobbys  très actifs se constituèrent en Europe et aux Etats-Unis souvent dirigés par les scientifiques eux mêmes et financés par de grandes fondations avec pour but affiché d’améliorer scientifiquement la race humaine. Les Etats Unis furent ainsi les premiers à adopter dès les années 1920 les lois  eugénistes visant à stériliser les malades mentaux et les alcooliques,  lois que l’Allemagne nazie n’eut qu’à copier en 1933 avant de construire des chambres à gaz à leur intention. Dans les deux cas, il s’agissait de préserver la qualité de la race.

André Pichot réunit ainsi  un ensemble de documents montrant qu’il n’ est pas conforme à la vérité historique de faire reposer l’intégralité du crime raciste  et eugéniste sur la folie d’Hitler.

On ne sort pas indemne de la lecture  du livre d’André Pichot,  mais la rigueur  de l’auteur déjà connu pour son Histoire de la notion de gènes  et son Histoire de la notion de vie nous aide à mieux comprendre l’enjeu des débats actuels sur la bioéthique.  Veut-on revivre la même dérive scientiste  que celle expérimentée dans les années 1930 ?  Ces questions  concernent avant tout la compréhension de l’homme et de sa dignité mais le scientisme moderne  veut les retirer  du champ philosophique : Ainsi E O Wilson  peut  il encore affirmer  qu’il est temps de «  retirer momentanément l’éthique des mains des philosophes pour la faire passer dans celle des biologistes »   ( La Sociobiologie  p 556   Editions le Rocher  1987  )  et Crick Watson  le découvreur de la structure hélicoïdale de l’ADN  d’écrire  « qu’aucun enfant  ne devrait être reconnu humain avant d’avoir passé un certain nombre de tests ».

Nous n’en n’avons malheureusement pas terminé avec l’eugénisme.

 

 

Les cahiers de Disputatio – Evolution et Christianisme-

Les cahiers de Disputatio - Evolution et Christianisme- dans Evolution disputatioDans le conflit actuel  entre la foi  et la raison  qui conditionne  notre capacité à dire notre foi aux nouvelles générations  et plus particulièrement au sujet de l’Evolution et de la foi chrétienne, nombre d’intellectuels et responsables catholiques,  eux mêmes formatés par la culture ambiante,sont  plus soucieux de ne pas paraître créationnistes que d’apporter une véritable réflexion.

Le dernier cahier de Disputatio  » Evolution et Christianisme  »  est pour moi une petite lueur d’espoir.

Mis à part l’ article « Faut il canoniser Darwin ? » (suite…)

D’ Aristote à Darwin et Retour

Etienne Gilson n’est plus à la mode; on lui reproche son thomisme et sa rigueur.

Du coup, comme c’est pourtant une valeur sûre, je vous garantis que le citer dans un dîner vous classe parmi les intellos de service…( à vous de savoir ) ..

Son oeuvre  mérite pourtant plus qu’un détour,  si L’Etre et l’Essence  est réservé aux D' Aristote à Darwin et Retour dans Evolution aristote-a-darwin-150x150 étudiants qui s’intéressent déjà à la métaphysique – et qui pensent que celle-ci n’est pas morte avec Kant,  D’Aristote à Darwin et retour ,  est un ouvrage que tout étudiant s’intéressant un tant soit peu à l’Evolution devrait avoir lu.

Cela éviterait bien des amalgames  et des confusions.  L’ouvrage très accessible est d’un style irréprochable et le fruit d’une enquête rigoureuse.

En attendant un article plus complet, je me permet de vous renvoyer sur ma page fétiche

Evolution science et foi

 

 

Evolution et création

« La doctrine de Darwin, c’est la révélation rationnelle du progrès se posant en antagonisme logique avec la révélation irrationnelle de la chute. Ce sont deux principes, deux religions en lutte. C’est un oui ou un non bien catégorique entre lesquels il faut choisir, et quiconque sedéclare pour l’un est contre l’autre ».

Introduction à l’édition française de L’Origine des espèces 

Pour en savoir plus =>

Evolution et Christianisme

Evolution et ChristianismeEvolution et Christianisme dans Evolution icone-creation-orthodoxe-250x300

Marie Joseph Nicolas O.P. – Fayard 1973

Longtemps la pensée chrétienne s’est crue menacée par les théories évolutionnistes, deux obstacles se présentaient : l’interprétation littérale du récit biblique d’une part et la forte opposition des milieux transformiste d’autres part :

la première édition française de L’Origine des espèces de Darwin (1862) porte ainsi en sa préface l’avertissement suivant :

« La doctrine de Darwin, c’est la révélation rationnelle du progrès se posant en antagonisme logique avec la révélation irrationnelle de la chute. Ce sont deux principes, deux religions en lutte. C’est un oui ou un non bien catégorique entre lesquels il faut choisir, et quiconque se déclare pour l’un est contre l’autre ».

Il ne faut donc pas s’étonner que la théologie chrétienne ne se soit pas empressée d’adopter les théories évolutionnistes !

 Au delà de cette apparente opposition, comprendre l’Évolution nécessite que nous retrouvions au préalable la véritable signification de la Création.

Or créer, c’est avant tout donner l’existence. Peu importe si Dieu crée directement ou par des causes intermédiaires ! Une fois cette réalité essentielle retrouvée, l’Évolution nous repose les questions éternelles : qu’est-ce que l’homme ? Peut on se satisfaire du hasard comme explication ? Peut on découvrir une finalité dans la nature ? Comment expliquer l’apparition du plus à partir du moins ?… Pour répondre à ces questions Marie Joseph Nicolas recourt avec simplicité à la philosophie thomiste. Il nous invite ainsi à une démarche métaphysique qu’il complète ensuite par une vision plus théologique : Si la raison permet de contempler le Créateur, la Révélation nous emmène beaucoup plus loin : Plus encore que la transcendance et la toute puissance absolues de Dieu, c’est l’intention du Créateur qui se révèle avec elles : la Bible est l’histoire de l’ Alliance. Croire au Dieu créateur pour le chrétien est bien plus qu’une connaissance d’ordre rationnel. Dieu s’est révélé sous forme personnelle et non pas métaphysique.

 Les notes de lecture qui suivent ne sauraient constituer un résumé mais une sélection très subjective  qui sera peut être plus susceptible d’intéresser à l’œuvre de M.J. Nicolas. Les quelques commentaires de ma part sont repérés par des encadrés [ ].

fichier pdf Evolution et Christiannisme

 ou lire l’article sur le site ( des différences mineures existent, la version téléchargeable est plus aérée) (suite…)

Science et foi, le cas épineux de l’Evolution

Science et foi, le cas épineux  de l’Evolution dans Anthropologie main-creation-henry-corta-150x150

Liturgie du silence Henry Corta

Comment concilier Evolution et Création ?

Comment concilier Science et Foi ?

 

Vous trouverez  ici  plusieurs articles pour vous former, ou pour vous aider à informer autour de vous.

 Ceci dans une démarche  raisonnée et respectueuse  des sciences  et de la foi chrétienne.

               A propos des cahiers Disputatio Evolution & Christianisme

              Evolution et Création exposé power point                      téléchargeable

              Evolution versus Création exposé collège et secondes  téléchargeable

              Le cas épineux de l’Evolution   résumé

              Le cas épineux de l’Evolution   article complet

              Sciences de l’univers et problèmes métaphysiques  C. Tresmontant notes de lecture

              Evolution et christianisme  d’après M J Nicolas- notes de lecture

     L’idée de création au fil des siècles ( Draft)

     D’Aristote à  Darwin et retourd’après E Gilson ( Draft ) 

              Evolution et Création   ( Draft) 

          Bonne lecture ….!

 

Retour à l’accueil

Sciences de l’univers et problèmes métaphysiques C. Tresmontant

Sciences de l’univers et problèmes métaphysiques est un ouvrage facile d’accès. Un livre d’à peine deux cent pages qui ne semble pas porter à conséquences. En même temps, cette œuvre a l’immense mérite de rétablir la légitimité de l’analyse métaphysique, ce qui  n’est tout de même pas rien.

Rares  en effet, furent ceux qui, au cours du XX° siècle,  osèrent , sur le seul plan philosophique, s’attaquer  à la prétention des sciences de tout englober et de nier la métaphysique.

Avec Kant  puis avec Feuerbach, le XIX °siècle s’ouvrit avec la certitude bien établie que la métaphysique n’était qu’une chimère et que Dieu n’était en conséquences qu’une illusion. (suite…)

UMMA SHOP |
timothee1966 |
création missionnaire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les musulman et l'islam
| (وَل¡...
| Al-fiqh